Solidarité ?

Chaîne de solidarité en situation d’urgence alimentaire

Lorsque l’aventure un peu folle des Colis Solidaires est née, il s’agissait de répondre à un besoin essentiel -s’alimenter de manière saine- dans une période de confinement jusqu’ici non vécue, avec une durée non déterminée.

Il était évident qu’il y avait besoin de répondre à une situation d’urgence sanitaire et alimentaire, afin que toutes et tous puissent rester confinés tout en continuant de s’alimenter de manière saine, les plus fragiles et les plus démunis comme les personnes pouvant se déplacer. Cette situation inédite a créé des peurs, des angoisses, des zones d’ombres. Si le fait de délivrer des aliments frais et de qualité peut permettre de vivre un peu mieux cette période, alors il n’y avait aucune question à se poser, et la chaîne de solidarité s’est mis en oeuvre. 3 volontaires la première semaine, puis 5, puis 22, 35…

Aujourd’hui, la situation a évolué : la sortie progressive du confinement sanitaire est programmée au 11 mai 2020. Pourtant nous ne savons pas si les plus fragiles, les personnes âgées, etc. pourront reprendre une vie un peu plus classique. Le flou sociétal créé de l’inconfort, des hésitations, des questionnements, des risques, tant au niveau global qu’au niveau local. Tout ceci reste donc à accueillir, accepter, et transformer en énergie positive et en actions concrètes, afin de ne pas subir la situation. Pour cela, le choix a été fait au niveau de notre groupe de bénévoles d’agir en faveur des personnes et foyers les plus fragiles, en priorité, et également au service des concitoyens au sens large, afin de ne pas léser une population plutôt qu’une autre. 

Pour les bénéficiaires de denrées alimentaires…

L’objectif est de leur faciliter la vie en période de confinement, quelles que soient leurs choix de vie, et sans distinctions. Cela inclut en priorité les personnes malades, âgées, handicapées, isolées, les familles mono-parentales, et plus largement ensuite les foyers volontairement confinés par choix personnel, éthique ou sanitaire.

Pour les producteurs et les paysans bio…

Nous sommes acteurs de notre société, y compris en période de crise, où il est possible d’agir, à distance ou en présentiel avec d’autres citoyens bénévoles. La force des associations, y compris de la nôtre, est de pouvoir se mobiliser très vite, même à une échelle locale. Notre objectif est de faciliter et de maintenir l’activité des paysans, le plus possible au plan local, et avec l’accompagnement vers des circuits courts. Il s’agit pour nous aujourd’hui de savoir comment orienter et réaliser notre soutien aux producteurs locaux, afin de maintenir et développer leurs activités.

Avec les acteurs locaux et régionaux…

Progressivement à partir de mi-avril, dans une logique cohérente pour préserver des productions de qualité bio et protéger la biodiversité comestible : nous faisons le choix de nous rapprocher des associations et ONG sociales, organisations agricoles bio, institutionnels engagés, militants et bénévoles individuels, professionnels de la transformation bio, réseaux de distribution bio et accompagnateurs de nouvelles filières courtes, etc. A notre échelle, nous agissons au carrefour de quelques territoires (Coeur d’Essonne, entre Juine et Renarde, Pays de Limours, PNR de Chevreuse), et espérons pouvoir coopérer étroitement avec les structures soeurs, dans des actions communes ou conjointes.

La vie d’après … ?

Cette chaîne de solidarité perdure en période de crise sanitaire et de confinement. Pourtant depuis le début de cette action humanitaire locale au centre de l’Essonne, nous nous posons la question de la vie d’après, comment la faire évoluer, avec qui la réinventer, pourquoi la renforcer … ? Comment tirer un enseignement de cette formidable mobilisation volontaire avec ces 30 bénévoles, et les 250 autres que nous n’avons pas pu accueillir localement ? Comment arriver à avancer, pour soutenir les paysans locaux dans leur activité, diffuser leurs productions avec éthique et sens, et créer progressivement de la résilience locale ? Comment et pourquoi et avec qui prolonger et épaissir cette merveilleuse chaîne de solidarité une fois sortis de la situation de tension sanitaire et sociale ?